Configurer la supervision pour une base MS SQL Server

MS SQL Server

Microsoft SQL Server offre entre autres fonctionnalités : la surveillance des événements issus de SQL Server, ainsi que le paramétrage de la structure physique de la base SQL. Ce sont en tout une petite vingtaine d’outils de supervision qui sont mis à la disposition des utilisateurs privilégiés que sont les administrateurs des bases de données. La bonne configuration de cette supervision va leur faciliter la tâche. L’outil ServiceNav de coservit.com est alors d’une aide précieuse !

Créez l’utilisateur privilégié de MS SQL Server

Tout d’abord, il faut créer un utilisateur privilégié de Microsoft SQL. Ce compte sera utilisé pour superviser la base de données SQL. Il ne s’agit pas d’un administrateur à proprement parler, mais d’un utilisateur privilégié qui dispose des droits minimaux nécessaires à l’obtention des informations système à la fois sur l’instance du serveur Microsoft SQL et sur l’ensemble des bases qui y sont associées. Une fois créé, le compte de cet utilisateur devra être paramétré en tant que compte de supervision dans l’application ServiceNat pour pouvoir bénéficier des privilèges de supervision. A noter : il est possible de créer un utilisateur de domaine (Windows) ou un utilisateur de type SA. Il est recommandé de créer un utilisateur Windows (de domaine, donc). La création de ce compte peut être effectuée à l’aide de la console Microsoft SQL Server Management Studio. Avec ServiceNat, un script peut être modifié à l’aide d’un éditeur de texte puis lancé sous Windows. Ce script automatise tout un ensemble de tâches à effectuer pour la bonne configuration du compte utilisateur privilégié. Au sein du script, trois commandes SET SQL sont à modifier afin d’indiquer le nom de d’utilisateur (“[Servername|Domainname]\Username”), son mot de passe (à choisir) et son rôle (‘ServiceNavMonitoring’). A l’issue de l’exécution de ce script, l’utilisateur privilégié de supervision est créé, il possède les autorisations d’accès aux informations système sur l’état de l’instance du serveur SQL, son rôle est créé pour chacune des bases de données de cette instance et il est ajouté en tant qu’utilisateur pour chacune de ces bases avec les droits d’exécution sur la base, de définition de la base et de collecte d’informations système sur l’état de la base – sauf pour les bases de données spécifiques master, msdb et tempdb.

Configurez sur la box de supervision l’accès à la base de données

En production, cette opération de configuration est effectuée sur chaque boîtier de supervision. Elle peut être effectuée par coservit.com ou par son partenaire revendeur. Pour la bonne réalisation de cette configuration, il convient de modifier le fichier « /usr/local/freetds/etc/freetds.conf » au sein du boîtier de supervision. Dans ce fichier, vous indiquerez le nom de la connexion, qui sera utilisé ultérieurement pour le paramétrage du service unitaire, le nom ou l’adresse IP du host, le numéro de port TCP/IP de l’instance du serveur, le nom de l’instance du serveur et la version du protocole TDS utilisé. Des exemples existent, simples à suivre.

Quelques-uns des autres services offerts par la configuration de la supervision

A l’aide de la configuration de ServiceNav, vous pourrez indiquer les seuils d’alerte et les seuils d’état critique pour tout un ensemble d’événements liés aux bases SQL ou à l’instance du serveur Microsoft SQL, les périodes de contrôle, les périodes de disponibilité, les intervalles normaux de contrôle, les informations générales concernant l’instance, les actions à réaliser, les notifications à remonter, etc. La suppression de l’utilisateur de supervision est également toujours possible, avec l’obligation pour l’administrateur d’en créer un nouveau bien sûr. 

Faire appel aux prestations d’une entreprise de dépannage informatique à Nîmes
Gérer les intervention de maintenance par ordinateur